L'agenda : 22 janvier 2017

  • Petite Elizée
  • agenda

Bonjour, chers amis des poupées !

Je voudrais vous raconter une blague de mon enfance : c’est une histoire de Toto qui me faisait pleurer de rire quand j’étais petite, et qui me fait encore rire à présent… Si je suis d’humeur triste, je me la raconte à haute voix et j’en ris toute seule ! C’est une histoire extraordinaire par l’effet inépuisable qu’elle a sur moi !

 

La maman de Toto l’envoie chez le docteur pour acheter un « rigolo » (ça commence bien, car figurez-vous que je ne me souviens pas du tout ce qu’'était un « rigolo »… Il me semble que c’était un pansement… ou peut-être… un lavement ? Comme les mésaventures de Toto tournaient beaucoup autour du « pipi-caca », c’est possible !)
Quoi qu’il en soit, voilà notre Toto partant chez le médecin, et comme il a peur d’oublier la commission, il se répète tout au long du chemin ce qu’il va dire :
« Bonjour, Docteur, je voudrais un rigolo !... Bonjour, Docteur, je voudrais un rigolo !... Bonjour, Docteur, je voudrais un rigolo !... » [Imaginez que lorsque j’étais petite, je le répétais au moins une dizaine de fois parce que je trouvais que ça augmentait le comique] « Bonjour, Docteur, je voudrais un rigolo !... »
Enfin, il arrive à destination : il frappe à la porte, entre et s’écrie : « Bonjour Rigolo, je voudrais un docteur ! »

 

Pauvre Toto, on imagine sa stupeur, et sa honte, en s’entendant proférer ces âneries ! Lui qui voulait tellement bien faire !

Et vous m’imaginez, petite, riant et pleurant tellement que je parvenais difficilement à finir l’histoire ! Tiens, je souris encore en vous l’écrivant !

Si je riais tant de Toto, ce n’était sûrement pas pour me moquer : je ne méprisais pas le petit garçon, je le comprenais et j’en avais pitié. Je savais qu’il était bon et sans malice ; rire de ses mésaventures me permettait de rire de moi-même au lieu de me désespérer. Depuis toute jeune, en effet, j’essayais de faire au mieux, de satisfaire mes parents, d’être gentille, serviable, généreuse. Mais il y avait comme un destin qui contrariait mes intentions : j’oubliais plein de choses, je faisais des gaffes, je ne pouvais pas m’empêcher de dire juste ce qu’il fallait taire… Du coup, étant enfant, je me trouvais souvent ridicule et j’avais honte de moi. En vieillissant, heureusement, j’ai appris à mieux m’accepter et à relativiser mes maladresses.

Justement, cette semaine, je me suis trouvée à nouveau dans la situation de Toto : j’ai eu beaucoup de commandes de petites bottes (quel succès, merci beaucoup à vous !) et j’ai préparé mes envois. Mais au moment de mettre un petit mot personnel sur la facture, voilà que je ne me souvenais plus si je tutoyais ou vouvoyais telle ou telle d’entre vous !!! Il faut dire que je connais par Internet la plupart d’entre vous depuis longtemps, et j’ai un sentiment de familiarité, comme si nous étions véritablement amies de longue date… Mais certaines me tutoient, d’autres me vouvoient… C’est difficile de ne pas commettre d’impair : je ne voudrais pas que mes « clientes » qui me vouvoient se voient attribuer un « tu » qui les froisse… à contrario, celles qui me tutoient seraient peinées que je les vouvoie tout à coup (n’est-ce pas Catherine, à qui j’ai fait le coup un jour, j’en suis encore rouge de confusion !)… Bref, me voilà obligée de noter à côté de vos noms, outre vos pseudos dont je ne me souviens pas toujours, un petit « tu » ou « vous » au crayon de papier dans la marge afin de ne pas me tromper !

Eh oui, comme Toto, la mémoire n’est pas ma plus grande qualité ! Et avec l’âge, ça ne s'améliore pas vraiment… Je vous demande donc de penser à Toto, et de m’accorder votre indulgence si, malgré moi, vous êtes victimes de mes petites maladresses : merci beaucoup !

 

Toto mis à part, il est temps que je vous parle poupées ! Je voulais vous présenter les deux petites poupées que j’ai achetées ce mois-ci, pour continuer mes bonnes résolutions de 2017 (mais oui, mais oui…) : je vous rassure tout-de-suite, il s’agit d’un tout petit couple, qu’on peut facilement cacher sous le lit si vraiment on n’a plus de place pour ranger sa collection.

 

 

Elles mesurent 14cm et ont été commercialisées par Raynal en 1977. Ce ne sont pas des « vraies » poupées Raynal, ce sont des poupées Palitoy fabriquées à Hong-Kong. L’entreprise française Raynal a en effet existé de 1930 à 1975, année du décès de son fondateur, Edouard Raynal. Elle est alors revendue à la société américaine Miro company, qui confiera la production et la distribution des poupées à la société française Jamarex. Jamarex va commercialiser aussi des poupées en provenance de l’étranger, comme ces charmants jumeaux (Pour les passionnés, n’hésitez pas à vous acheter le livre de Elisabeth CHAUVEAU intitulé « les poupées Raynal »).

 

 

Ces petits bambins blonds, aux yeux dormeurs, s’appellent Carrie et Vlady. Ils avaient toute une garde-robe qu’on pouvait acheter séparément, ainsi que des accessoires (cheval à bascule, jeux d’extérieur, etc). Ils sont assez rares et je les cherchais vainement depuis longtemps à un prix raisonnable !

 

 

Chez moi, il y avait déjà des petits espagnols de la marque Famosa dont je vous avais parlé il y a bien longtemps : j’en avais adopté tout un lot, certains aux yeux peints, d’autres aux yeux dormeurs. Ces derniers étant particulièrement beaux, je les ai conservés, et ce sont eux qui ont accueillis les jumeaux Raynal.

 

 

En fait, les jumeaux Raynal sont un peu plus petits!

 

 

Mais bien sûr, très rapidement, les filles sont arrivées pour prendre les choses en main : voilà nos bébés bien occupés, avec Coquine et Coky de Bella pour en prendre soin ! Je n’ai plus à me faire de souci pour eux, les voilà adoptés !

 

 

Il se trouve que Georgette, leur première maman, est lectrice de mon blog : alors, si elle passe par ici, elle pourra voir que, chez Elizée, ses petits sont bien gâtés! Merci à elle de me les avoir confiés !

 

Je m’arrête là pour aujourd’hui, mes chers lecteurs : la semaine prochaine, je vous inviterai à continuer la visite de ma collection et nous irons guetter qui se trouve sur mes étagères Raynal, justement !

Merci pour tous les commentaires si sympathiques que vous prenez la peine de me laisser ! Passez une semaine agréable, couvrez-vous bien pour ne pas souffrir du froid, et au plaisir de vous retrouver dimanche !

Amitiés,
Elizée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Anne 25/01/2017 08:46

Ah ! Les histoires de Toto toute mon enfance !!!

chintoque 23/01/2017 18:54

le " rigolo " qui n'a de rigolot que son nom ! je m'en souviens très bien ..... mais je préfère cent fois l'histoire de " toto ".
quant au vouvoiement ! j'ai beaucoup donné ! sans être malheureuse loin de la ... c' était naturel un point c'est tout .De cette époque ils ne me reste plus personne , c'est la vie .... alors le tutoiement est arrivé, avec les enfants : doucement et les petits -enfants : délicieusement .....et avec l'ordinateur : simplement .
Donc chère Elizée , tutoyons nous amicalement ( si vous le voulez bien ) ..........................

regal s 24/01/2017 20:55

En aparté ,un rigolo est un cataplasme a la moutarde
L'usine etait au passage des rigolos à Fontenay sous bois

hades 23/01/2017 15:10

Un joli petit couple qui va être bien gâter !!!!
Tu ou vous rien de bien grave du moment que c'est dit gentiment, il y a beaucoup plus grave dans la vie ....
Bises

Mamieminette 23/01/2017 11:54

Tu n'as pas à être confuse! c'est notre langue et les restes de notre éducation qui compliquent les choses
Jeune femme, je me suis mise à détester le vous (imposé par ma belle maman qui me tutoyait) de plus dans mon métier on se tutoyait entre collègues alors j'ai tendance à tutoyer tout le monde....
Ceci dit tes petits jumeaux sont bien mignons et choyés comme il se doit ^.^
Douce semaine

Florence 23/01/2017 10:28

Je suis comme Toto, j'ai connu les cataplasmes Rigollot! Je crois d'ailleurs qu'ils existent encore. Tous ces mini poupons sont trop mignons; si joliment vêtus et présentés, merci pour ce joli début de semaine! Amitiés

manue 23/01/2017 08:16

bonjour,comme d'habitude les tenues sont un régal pour les yeux;Quant au Rigollot c'était un sinapisme(une sorte de cataplasme)vendu en pharmacie il y a encore peu de temps :bonne journée

Elizée 23/01/2017 09:48

Oui, un cataplasme, merci c'est bien ça je m'en souviens à présent ! C'est déjà mieux qu'un lavement :D ! Merci de tes (vos?) compliments, Manue ! A bientôt !

Brodeuse77 22/01/2017 22:09

Bonsoir Elisée . J'étais certaine qu'ils seraient bien accueillis .Et pas dépaysés en famille parce-qu',ici il y a aussi Coky et coquine .Bon me voilà rassurée,mais je n'en avait pas besoin.C'est avec plaisir que chaque dimanche je lis votre lettre. Amitiés. Georgette . PS:Si vous me tutoyez je n'en serais pas fâchée du tout

Elizée 23/01/2017 09:46

Ah Georgette, je vais pouvoir noter ton pseudo à côté de ton nom ! Je te propose donc qu'on se tutoie : entre mères adoptives, on peut bien se permettre ça, non ? Bonne journée et à bientôt !

helen34 22/01/2017 21:31

trop rigolo ton histoire et ta nouvelle acquisition aussi,

Elizée 23/01/2017 09:44

Oui, ces petits donnent le sourire eux aussi, c'est vrai ! Bises !

Tina 22/01/2017 21:09

Comme je me régale à chaque fois que je lis un de tes billets !
Je t' imagines petite fille tête en l' air et ca me rassure !

Elizée 23/01/2017 09:42

Eh eh, merci Sabrina ! Gros bisous !

Mamy chérie 22/01/2017 20:53

Bonjour Elizée,
Alors au sujet du "Rigolo" il me semble me rappeler qu'il s'agissait de cataplasme, ma maman s'en servait beaucoup pour nous soigner ! Depuis que je suis sur internet je tutoie beaucoup je trouve ça plus chaleureux .........
Bisous - Noëlle

Elizée 23/01/2017 09:41

Oui, c'est ça, un cataplasme ! ça m'est revenu dès que je l'ai lu ! Moi aussi, je tutoie facilement, et Internet encourage à ça ! On pourrait employer le "you" anglais, ça serait plus simple ! Bises !

DomiPol 22/01/2017 20:35

T'inquiètes pas, je suis comme toi, une fois je vouvoie, une fois je tutoie, mais bon pas question de perdre les "habitudes"! Dans ma famille, mes cousins et moi vouvoyons nos parents, obligés! Alors quelle importance, le "tu" ou le "vous , c'est une question d'habitude depuis l'enfance, pas une question d'affection! Gros bisous Domie

Elizée 23/01/2017 09:39

Quand même, si, je crois que le "tu" porte en lui une touche d'affection, au moins de proximité, le "vous" mettant une distance... Et je vais essayer de ne pas jouer mon Toto en critiquant des parents qui, à l'heure actuelle, se font vouvoyer par leurs enfants :D ... On en parlera de vive voix quand on se verra, Domi ! Bisous !

Catherine 22/01/2017 19:39

Je suis comme toi, je ris très facilement et j'ai à peu près le même genre d'histoire à te raconter: Un présentateur doit annoncer "le vol du bourdon" de Rimsky Korsakov, il répète 50 fois ce nom difficile, ça y est, il le sait, enfin! Arrive le moment où il doit parler: "et maintenant, de Rimsky Korsakov,(ouf, je l'ai dit!)... le bol du vourdon!!!"
Quant à moi, je suis aussi "Toto" par intermittence, alors, je te comprends et t'excuse!!
J'aime beaucoup tes nouvelles acquisitions qui ont trouvé une maison accueillante et pleine de copains à leur taille!
Bonne semaine encore glaciale! Très gros bisous. Catherine

Elizée 23/01/2017 09:33

Ah j'adore cette belle blague du bol du vourdon ! :D Gros bisous !

 -  Hébergé par Overblog